Vous êtes ici
Accueil > Investir > Retirer ses REER avant la retraite : ce qu’il faut savoir

Retirer ses REER avant la retraite : ce qu’il faut savoir

Retirer ses REER avant la retraite - à savoir

Le Régime enregistré d’épargne-retraite (REER) est un système de cotisations prévu pour fournir une somme d’argent une fois le moment de la retraite arrivé. Toutefois, il est possible sous certaines conditions de profiter d’une partie de la somme cotisée avant l’âge de la retraite. Alors comment retirer ses REER en toute sérénité ?

Comment fonctionne le REER ?

Vous devez produire une déclaration de revenus pour pouvoir cotiser à un REER et bénéficier d’un revenu gagné. La date de cotisation est libre mais la somme est plafonnée à 18 % de votre revenu gagné l’année précédente, à concurrence du montant maximal de cotisation pour l’année d’imposition en cours, soit 26 010 $ pour 2017.

L’âge limite de cotisation est de 71 ans. Après, si vous souhaitez toujours cotiser, il faudra transformer votre REER en FEER (Fonds enregistré de revenu de retraite) ou le placer dans une rente. Les placements détenus dans un REER peuvent être divers (or, obligations, actions, etc.).

Si vos cotisations au REER sont déductibles, le retrait avant l’heure d’une somme épargnée ne l’est pas. Une retenue à la source (provinciale et fédérale) sera effectuée, dont le taux provincial diffère au Québec du reste du Canada :

  • 16 % + 5 % pour moins de 5 000 $
  • 16 % + 10 % pour une somme de 5 000 $ à 15 000 $
  • 16 % + 15 % pour 15 000 $ et plus

Comment retirer son REER sans payer d’impôt ?

Il n’y a qu’un moyen de retirer une somme d’argent de ses REER en évitant l’impôt : s’engager à rembourser l’emprunt dans une durée fixée par la loi. Il s’agit donc bien d’un emprunt d’argent cotisé et seules deux situations légales le permettent : l’achat d’une première maison ou le financement d’une formation.

Dans ces deux cas seulement, vous n’êtes pas tenu de reporter la somme sur votre déclaration de revenus.

Retirer ses REER pour l’achat d’une première maison

Le Régime d’accession à la propriété (RAP) autorise le financement de sa première maison à l’aide du REER. Le montant maximal autorisé est de 25 000 $. Avec votre conjointe ou votre conjoint, cette somme peut doubler et passer à 50 000 $. Ainsi, il est possible de financer la mise de fonds pour l’achat d’une première maison grâce à l’emprunt sur son ou ses REER.

Pour ne pas payer d’impôt sur cet argent, il faudra rembourser l’intégralité de la somme empruntée dans les 15 années suivant le retrait.

Retirer ses REER pour une formation

Le Régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP) du gouvernement autorise l’emprunt de 10 000 $ par année sur son REER et au maximum 20 000 $. La somme doit être employée à des fins d’éducation comme des dépenses d’études ou de formation à temps plein ou à temps partiel.

Pour ne pas payer d’impôt sur cette somme il faudra s’engager à la rembourser dans les 10 ans.

Retirer ses REER avant la retraite : une bonne idée ?

Il peut être tentant de décaisser un REER avant la retraite mais attention de ne pas y perdre ! La taxation à la source va en retenir une partie importante (31 % au total pour plus de 15 000 $) et les années cotisées seront perdues.

Vos cotisations étant déductibles, le REER est un bon moyen de faire différer l’impôt vers une période durant laquelle vous pourrez potentiellement passer dans une tranche d’imposition moins élevée.

Par ailleurs, les institutions financières pratiquent des taux d’intérêt moindres pour les REER remboursables avant l’échéance et des pénalités de retrait.

Enfin, ce complément de retraite assorti de ses intérêts cumulés sera bien utile pour conserver un train de vie une fois l’heure de la retraite venue.

Top