Vous êtes ici
Accueil > Rénover > Rénovation d’une cuisine ancienne : par où commencer ?

Rénovation d’une cuisine ancienne : par où commencer ?

Rénovation de cuisine ancienne - par où commencer

C’est la pièce la plus populaire du logement. En rénovation, c’est aussi le plus gros poste d’investissement des ménages après les ajouts de structures. Une cuisine peut coûter cher à rénover mais c’est un investissement qui offre un excellent retour en termes de rentabilité. Plus la cuisine est vétuste, plus les travaux risquent d’être longs et coûteux. Il s’agit donc d’être méticuleux et organisé quand on se lance dans la rénovation d’une cuisine ancienne.

Faut-il un permis pour la rénovation d’une cuisine ancienne ?

La première question à se poser, particulièrement dans le Vieux-Montréal et à Mont-Royal, est de savoir si un permis est nécessaire pour rénover sa cuisine. Généralement, les travaux d’aménagement intérieurs ne nécessitent pas de permis si on ne touche pas à l’aspect extérieur.

Mais à Montréal certains bâtiments classés demandent des autorisations de la part du ministère de la Culture et des Communications du Québec dès que l’on prononce le mot rénovation.

Par ailleurs, si la plomberie ou l’électricité sont concernés, une demande de permis devra généralement être faite auprès de la Direction du développement du territoire et des études techniques ou de la Division des permis et des inspections de la municipalité. Il en coûtera en moyenne environ 1 % de la somme totale des travaux (selon les régions).

Resurfaçage ou rénovation de cuisine ancienne ?

Vous avez certainement entendu parlé dernièrement de « refacing » ou resurfaçage. Cette technique s’applique principalement aux cuisines et salles de bain. Elle consiste à réduire les frais en ne s’attaquant qu’aux surfaces, c’est-à-dire aux portes en gros.

La grande différence avec le réaménagement ou la rénovation d’une cuisine est principalement financière. Les autres avantages résident dans la volonté de conserver un certain cachet, une patine ancienne à sa cuisine ou dans le refus idéologique de systématiquement tout jeter pour du neuf. Le resurfaçage ne demande pas non plus de permis particulier.

Il existe aussi quelques inconvénients, surtout si la cuisine commence à dater, comme par exemple :

  • adapter le gros électroménager à changer aux mensurations présentes
  • vous ne redisposez ni les espaces, ni les éléments, ni les aires de circulation
  • les planchers et céramiques sous ou derrière les armoires restent tels quels

Pour toutes ces raisons, il est important de bien analyser l’état des caissons d’armoires et la qualité générale de toute la cuisine (électricité, plomberie, ventilation) avant de se décider. En particulier, les sources de problèmes peuvent venir de l’électricité et de la plomberie si la cuisine à rénover a plus de 25 ans. C’est par là qu’il faudra commencer, après la démolition.

Les étapes de la rénovation de cuisine : la démolition

Si vous avez opté pour le réaménagement ou la rénovation de votre cuisine, et non pour un simple resurfaçage, le premier gros œuvre sera la démolition. Vous déciderez ici de ce qu’il faut garder et de ce qui part au conteneur.

Certains choisissent de tenter de revendre leur cuisine ancienne car il existe un véritable marché porté par la tendance zéro déchets. Une ancienne cuisinière en fonte peut valoir son pesant d’or chez les designers avertis.

Le débarras des gravas peut prendre plusieurs jours, soyez préparés, avec par exemple un conteneur loué. Vous devrez vous renseigner auprès de la municipalité pour son emplacement extérieur.

La gestion des débris de construction, de rénovation et de démolition (CRD) est soumise à des règles strictes dans le domaine du bâtiment.

La plomberie et l’électricité dans la rénovation de cuisine

La plomberie est un passage délicat, particulièrement dans les cuisines anciennes où les tuyaux peuvent encore être en acier galvanisé, en fonte ou en plomb. Les différents problèmes de plomberie peuvent en général concerner :

  • l’arrivée d’eau et la pression
  • l’évacuation et les reflux
  • l’humidité et les fuites (joints)
  • l’absence ou l’endommagement des tuyaux de ventilation ou des robinets d’arrêt
  • l’isolation des conduites d’eau froide (condensation)

Pour la SCHL, la plupart des anciennes cuisines n’ont pas suffisamment de circuits et de prises de courant. Une nouvelle boîte électrique devra peut-être remplacer une trop ancienne qui ne serait plus aux normes. N’oubliez pas que selon la Loi sur le bâtiment tous les travaux électriques nécessitent une licence d’entrepreneur en électricité.

Les coûts de la rénovation de cuisine

Les ménages québécois dépensent en moyenne près de 6 000 $ ( 5 587 $ exactement auxquels doivent s’ajouter les dépenses de plomberie, d’électricité, de ventilation et éventuellement de fenêtres) en frais de rénovations de cuisines et de salles de bain, selon l’Enquête sur les dépenses des ménages de Statistique Canada qui portait sur l’année 2016.

Quand vous établissez votre budget de rénovation de cuisine, sachez que les prix des matériaux auront une incidence conséquente. Les coûts de l’électroménager dans un budget de rénovation de cuisine ne comptent que pour un sixième de la facture totale en moyenne. Les coûts d’armoires et de comptoirs sont près du double.

Les prix moyens constatés atteignent ainsi pour :

  • des cabinets sur mesure : entre 250 $ et 1 500 $ le pied linéaire
  • un comptoir en granit installé : entre 50 $ et 100 $ le pied carré
  • un îlot de 6 pieds avec des armoires : 800 $ en moyenne

Gardez en tête que plus il y a de modifications à apporter, moins la différence de prix entre resurfaçage et rénovation complète se fait sentir.

Rénovation de cuisine ancienne : comment lui garder tout son charme ?

Si vous désirez conserver le charme d’antan d’une cuisine ancienne, tout en modernisant la tuyauterie et l’équipement, il vous faudra alors certainement passer par un artisan professionnel. Dans ces situations de cas uniques il faut souvent improviser car rien n’est véritablement standard. Savoir-faire et sur-mesure sont ici les maîtres-mots.

Cuisinistes et ébénistes sauront trouver les solutions et user d’expérience pour rénover durablement une cuisine selon vos goûts et les normes actuelles, notamment en matière d’économies d’énergie et de préservation de l’environnement.

Sachez pour conclure que la tendance est à ces longues cuisinières de campagne en fonte et laiton au-dessus desquelles s’alignent les casseroles en cuivre. Alors ne détruisez pas trop vite une cuisine ancienne !

Top