Vous êtes ici
Accueil > Rénover > Isolation de sous-sol : quels matériaux faut-il privilégier ?

Isolation de sous-sol : quels matériaux faut-il privilégier ?

Isolation de sous-sol : quels matériaux faut-il privilégier ?

Longtemps négligée, l’isolation de sous-sol a désormais une importance de premier ordre dans la construction de maisons. Que les pièces soient habitées ou non, qu’elles servent de chambre de lavage ou de cinéma maison, les normes les plus récentes obligent à soigner cet élément important pour économiser l’énergie et améliorer le confort des occupants. Plusieurs solutions sont possibles au niveau du choix des matériaux.

L’isolation de la dalle de sous-sol

Dans un sous-sol, la mousse de polyuréthane giclée empêchera la formation de moisissures sur le béton. En cas d’inondation elle n’absorbe pas l’eau, ce qui permet un assèchement rapide des murs.

Entre la dalle de béton et le gravier concassé, le polyuréthane giclé en mousse directement sur la fondation, par l’extérieur ou l’intérieur, formera un isolant idéal. C’est l’un des seuls isolants qui colle parfaitement au béton, sans espace d’air, et qui résiste bien à l’humidité.

L’épaisseur préconisée est de 1,5 po. Cette opération ne peut cependant être exécutée que par un entrepreneur en construction certifié.

D’après les plus récentes normes de construction mises en place depuis 2012 (certification Novoclimat R-2000) l’isolation continue du sous-sol rend obligatoire l’isolation des ponts thermiques (de R-4 à R-7,5 ou RSI 1,32 dans le système métrique).

L’isolation des murs de sous-sol

Sur les murs du sous-sol, le coefficient doit être de R-17. En utilisant de la mousse de polyuréthane, il est possible d’atteindre l’objectif d’isolation continue et de complètement envelopper les fondations. Seuls des panneaux de polyisocyanurate permettront d’obtenir le même taux d’efficacité (R-5,5 à R-6 environ).

La fibre de verre, la fibre minérale ou de cellulose sont environ moitié moins efficaces. Le choix du matériau adéquat se fera pour des raisons financières, écologiques ou si, par exemple, il est impossible structurellement de gicler de la mousse de polyuréthane.

Lorsque l’isolation ne peut avoir lieu que par l’intérieur, et que les conditions d’humidité ambiante le permettent, on appliquera des matelas isolants sur une couche de pare-air et une autre de polystyrène expansé recouverte d’un pare-vapeur. Cette solution peut permettre d’obtenir une résistance thermique proche de R-17.

L’isolation de plafond au sous-sol

Pour parfaitement sceller les fondations on pensera en outre à isoler le plafond du sous-sol. Ce sera plus particulièrement le cas si les pièces du sous-sol sont habitées et qu’elles ont besoin d’une isolation phonique de surcroît. Ici encore, plusieurs options se présentent dans le choix des matériaux.

Selon les divers professionnels, l’injection de fibres cellulosiques combinée à des panneaux de gypse semble être le meilleur choix pour un bon rapport qualité/prix avec l’isolation du plafond d’un sous-sol.

Au niveau des finitions, l’uréthane sera pratique pour isoler la jonction entre le mur et le plafond du sous-sol (ou solive de rive).

La finition de l’isolation du sous-sol

Après avoir laissé le temps (une bonne semaine) à tous les matériaux de sécher et de prendre leur forme définitive, vient le temps des finitions. Il est important de les soigner car le moindre percement malencontreux dans votre enveloppe isolante peut réduire à néant vos efforts d’isolation de sous-sol.

Les tendances actuelles vont des briques fines collées sur des traverses métalliques (pour des murs façon pub de Brooklyn) aux peintures acoustiques pour les cinémas maison, sans oublier les inévitables solutions de finitions en bois notamment pour le plancher.

Un faux-plancher surélevé permettra de niveler la dalle, de couper l’humidité et de créer un espace de ventilation et de drainage sous les principaux éléments du plancher, que ce-dernier soit de bois franc ou de céramique.

Pour conclure, rappelons que le plus important dans l’isolation d’un sous-sol est d’avoir bien prévu tous les scénarios possibles d’infiltrations d’eau et d’humidité ainsi qu’une circulation d’air adéquate.

Top