Vous êtes ici
Accueil > Acheter > Acheter une maison au Québec : quelles villes cibler?

Acheter une maison au Québec : quelles villes cibler?

Acheter une maison au Québec - quelles villes cibler

Le dynamisme du marché immobilier québécois, ses prix relativement abordables et sa grande diversité, ont fait du Québec une des provinces les plus attractives au Canada pour un projet d’investissement immobilier. Ce dynamisme du marché s’explique, selon les agences immobilières, par de nombreux facteurs : la hausse du solde migratoire, la confiance des consommateurs et la création d’emplois (le taux de chômage au Québec est au plus bas depuis vingt-cinq ans). Il est donc intéressant de penser à acheter une maison au Québec.

Statuant pour l’année 2018 sur un prix moyen de 251000$CAN, les économistes prévoyaient en 2017 pour cette même année une hausse des prix de 3% du marché de la revente des résidences, sur l’ensemble du Québec. Malgré le relèvement des taux d’intérêt et les hausses survenues l’année dernière, la demande sera donc forte en 2018. La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) anticipe sur une forte vente de maisons, de condominiums et de plex. Elle dépassera selon les estimations les 85000 transactions cette année.

Cette augmentation sensible de ce chiffre par rapport à 2017 prouve le dynamisme de l’immobilier québécois.

L’immobilier à Montréal

Du fait de cette situation, les immigrants choisissent de s’installer dans la région de Montréal plus que partout ailleurs au Québec. La forte demande en matière de logement devrait donc se maintenir. Les prévisions des économistes pour 2018 semblent annoncer une plus forte hausse encore pour la grande région métropolitaine de Montréal. Cette hausse du niveau d’activité, qui était de 5% en 2016, s’est élevée à 8% en 2017, et devrait selon les mêmes estimations se porter à 5% cette année. Le prix de vente moyen des résidences était quant à lui de 7% l’année dernière.

On estime que la hausse moyenne du prix des résidences unifamiliales de 5% devrait porter à 332 000$ le prix médian de revente, tandis que celui des copropriétés est évalué à 255 000$, soit une hausse de 3% en 2017.

Maisons à vendre au Québec

Maisons résidentielles de banlieue, lofts ou studios du centre-ville, immeuble de style plex, chalets suisses, condominiums, copropriétés ou maisons unifamiliales, le choix ne manque pas pour qui souhaite s’installer au Québec.

Prenons l’exemple d’une grande ville comme Montréal pour définir les avantages spécifiques liés à ces différentes options :

Types de maisons à vendre à Montréal

  • Copropriété

Le choix de s’installer au centre-ville et de pouvoir ainsi limiter le temps consacré aux transports semble motiver les montréalais à se tourner vers la copropriété. Ces facteurs, conjugués au fait que la copropriété représente un investissement plus abordable que l’achat d’une maison unifamiliale s’affirme principalement dans une tranche d’âge de la population inférieure à trente-cinq ans.

L’achat d’une copropriété semble toutefois traduire une autre ambition : près de la moitié des acquéreurs de copropriétés avouent envisager un investissement à court ou moyen terme, prévoyant ainsi d’occuper ce logement moins de trois ans, et pour 3 acquéreurs sur 10, moins de six ans.

  • Maison de banlieue

L’urbanisation croissante des banlieues entourant les grandes agglomérations, la naissance d’un nouvel enfant, l’âge de la retraite, les besoins liés à un emploi, sont autant de facteurs qui influent sur le choix de quitter le centre des villes pour s’installer en banlieue. Le prix d’achat moindre suffit souvent à décider l’acquéreur, parfois en regrettant les commerces spécialisés du centre, de s’exiler en Banlieue.

  • Loft

Luminosité, hauteur de plafond, aménagement libre sont quelques-uns des avantages qui ont décidé les acquéreurs de loft à investir dans ce style très particulier d’architecture open space. Nés dans les années quarante dans le quartier de Soho, à New York, d’une conversion d’espaces industriels ou commerciaux en lieu de vie, les logements en loft se sont démocratisés dans les années soixante-dix. Le terme soft loft fait référence à un logement nouvellement construit, tandis que celui de hard loft désigne un loft aménagé dans un bâtiment historique.

Les raisons d’opter pour tel style de logement ou tel autre relèvent de plusieurs critères liés au goût et aux besoins propres du futur acquéreur. Prenons l’exemple d’un loft, les avantages de ce style d’habitation sont nombreux et nous apprennent qu’il convient de bien évaluer ces besoins avant de se décider :

  • l’absence de séparations intérieures permet un éclairage optimal, souvent rehaussé par les grandes baies vitrées dont nombre de loft bénéficient et qui irradient la lumière naturel du jour. Donnant une ouverture sur le dehors, elles apportent un confort non-négligeable à l’espace de vie.
  • L »architecture à aire ouverte permet un aménagement intérieur libre et souvent de multiples espaces de rangements.
  • Le coût d’éventuelles rénovations minimisé par rapport à un appartement traditionnel.
  • La hauteur sous plafond, créant une impression accentuée d’espace.
  • Un logement adapté aux personnes à mobilité réduite, aux personnes du troisième âge et à celles se déplaçant en fauteuil roulant : l’absence de cloisons souvent conjuguée à l’absence de niveaux bannit les marches ou obstacles en tout genre.

Acheter une première maison à Montréal : les choses à savoir

Pour un premier achat, qu’il s’agisse d’une maison neuve ou plus ancienne, certains critères sont à considérer :

  • Le secteur : investir dans un secteur offrant de nombreux avantages c’est maximiser l’investissement en s’assurant d’une plus-value à la revente, c’est aussi s’assurer qu’elle ne restera pas longtemps sur le marché.
  • L’environnement : l’emplacement d’une propriété entraîne parfois des nuisances, sonores ou autres.
  • Le quartier : pour savoir si vous serez admissible aux subventions de la Ville, aux subventions de rénovation, à une diminution des taxes municipales ou des taxes de mutation.

Certaines villes accordent également des aides, des prêts ou crédits d’impôt pour les familles investissant dans une première maison. Ces informations sont disponibles auprès des courtiers immobiliers implantés dans le quartier de votre choix.

  • L’impôt foncier
  • L’accessibilité aux commerces et aux transports.
  • Anticiper les dépenses mensuelles liées au logement e question afin de ne pas sortir de votre budget.
  • Pour les familles, les écoles à proximité seront peut-être un critère non-négligeable
  • L’Investissement entraînera-t-il des frais supplémentaires : vous faudra-t-il engager des travaux de rénovations?

Les prix d’une maison

Le marché québécois connaît une augmentation générale du prix moyen des maisons.

Pour information, dans la ville de Québec, il a évolué entre les années 2000 et 2010 de 132000$ à 315000$, ce qui représente une augmentation de 138% en dix ans.

Ce prix moyen est actuellement le plus élevé à Montréal, avec 341000$.

Pour trouver les meilleurs prix au Québec, il faudra investir dans la région de Trois-Rivières, où le prix moyen d’une maison neuve individuelle ou jumelée s’élève à 179000$

L’achat d’une maison, pour conclure

Acheter une maison au Québec n’implique pas seulement un coup de cœur. Bien d’autres notions entreront en jeu lorsqu’il s’agira de trouver la »bonne affaire », la »maison de vos rêves ». Cela impliquera avant tout une bonne connaissance du marché et des villes où l’achat d’une maison sera synonyme de plus-value sur moyen ou long terme.

Top